peanut butter mod 01

Black talk never posted

It’s a post written for a Afroswedish active facebook group but It hasn’t been not posted because look how I manage to make a thesis with it. So…


Yo !

Sorry for the long post coming AGAIN but living here raised a lot of questions that only found silence so far and I want to understand. Especially because I’m considering leaving even if my European activity agreement says that I have 5 months left to do here (I could be useful for people and myself somewhere else). But if I can learn one last thing out of those first 7 months, I’m interested in. So I’m posting this. I hope I’m not offending, I want to understand what’s wrong with my way of doing and being, and what I don’t understand. So if you have time to read all this, just give me the light.
(I don’t have issue with people hurting my feelings a little bit so I can improve, do better, do useful, or just stop.)

I come from Belgium (born and raised). My parents came from Congo (DRC) about 35 years ago to do their Ph.D. I came in Sweden as a volunteer to do a European Voluntary Service (Erasmus+, EU), which means volunteering, living in a shared apartment with 3 others volunteers and receiving 3.000SEK per month to live. I’m in Linköping working in two cultural houses and my main tasks are working in the cafés of the houses, and trying to make projects. They are doing this program for 9 or 11 years now and I’m the first person of color they have, and it’s not really going well many times.

But my ongoing questioning is not about white Swedes, but about black people, black community(ies), black « consciousness » and black activism here.

I thought that we would have more in common than the general topics, because it’s Europe. But what I experience so far it’s that maybe Afroswedes have a more similar way of functioning to white Swedes, and that probably allows me to acknowledge that I have a Belgian way to function myself too (that’s a really awkward feeling). That the « afro » part of Afroswedes and Afrobelgian/french is, in terms of community and synergies, less that what it could suggest. Deepening my understanding of Afropean.

Honestly, I came here to take a break from activism. I was supposed to work on sound techniques and help young people to organize stuff but is was a trap, the agreement has never been respected. I was pressure to work for free not in sound stuff with white privileged kids so the white privileged paid staff could not give a fuck about making the place alive since I’m the exotic entertainment. So at the end of March, after two months of shit, I said no way, that if I have to work for free but not do what was planned, I’ll work with and for black people. Plan: taking the money where I find it, using my Erasmus+ label as a convincing tool, and using this money to do something new, create Afropean connections and support black people here. (EXTRACT)But what I didn’t get is that maybe this is not wanted by Afroswedes neither. So being in trouble with my organization doesn’t make any sense.

Because in France and Belgium, when we have any opportunity to do something – and when there is a budget for it (really rare), even small, it’s the cherry on the top of the cake – we jump on it, we organize and we do stuff that we didn’t even know that we could do. But here it doesn’t work like that at all for sure. Like doing something free, getting some money to make people come and proposing to make connections with other black leaders and artists of Western countries is not wanted. And I don’t know what to say to all the people outside Sweden who heard about the project (From Finland to Brazil) and are so interested in coming, like even cecile emeke (« Strolling ») answered, because it’s not wanted.  I thought that the most difficult part would be to make them come in Sweden while in fact I have a way harder time with Afroswedes. Like I should just go back to my country. And it’s getting too late to make it possible as I thought it could be.

Something else I never felt that strong before is the hierarchical relationship between what is « afrosvenska » and what is afro immigrant/newcomers. I deeply feel that « if you want to join the circle, you better integrate first » from black people. And in my brain it doesn’t make sense because it’s the same circles who calls out afrophobia. Like not speaking Swedsish, or not sounding like from the UK or USA, puts you in this wrong category. But it looks wrong to see that it’s possible to talk about afrophobia and say afroswedes and at the same time having a problem with Africa and African immigrants deep inside. And this has consequences in my understanding of black community in active groups here because I see the practical sense of community beyond words, exposure and fun, deriving from African heritage about the way of living while in Sweden, people don’t even know the name of their neighbors.

It’s even more than that… I don’t know how to explain it clearly but it’s like the assimilation discourse has just been transformed, not overturned and so, even if it’s not explicit, the desire of acceptance from the society still prevail and the look down on Africa remains. And it’s something I’m used to it to from white people, but I didn’t expect that I could have this intense feeling with black people, in particular because I’m so used to been seen as integrated back home (I say that I’m an « afro-ratée » (afro-failure)) that been looked down like I’m African, like it’s a bad thing, it’s just a whole new thing for me. And with the network I have in France and Belgium, we don’t expect anything from the state or the institutions or from white people in general. Not even a nice look. Like the white gaze doesn’t have to have any impact. And it’s a way to resist to this pressure to be THE good black. I’m not trying to leave the wrong box for the good box, because from my perspective the boxes should simply be destroyed but this lead to avoidance from black people, like I have to look more Swedish first to be taken seriously. Like I should want it. And I’m weird if I don’t care.

Like a white black culture without shameful roots. Even in mainstream culture, in France and Belgium, afro-trap, or the spreading of Congolese sapology, or a music album called « Négritude » that all come from the creative immigration and immigration-descent culture became unexpectedly cool somehow in the mainstream, but in Sweden I feel that the Afro-American culture is still the good black.

And I had a long way to go with black people in Belgium and France, I’ve been an outcast since I’m a kid within black circle, communities, activism, because I’m disabled, queer, feminist, geek, in the punk metal hardcore scenes, building my seat in places I’m not invited to… like I’m not black enough (and when I was a kid I was like « I’m not trying, I just don’t like P. Diddy for real »). But I tried to contribute my way and it worked. And I had the opportunity to closely see many racist mechanisms because I was first in youth activism, queer activism, feminist activism, social justice activism and then I came to black people like « you know I tried everything, white people are crazy ». So I know I can bring something and I want to learn from others to contribute to the change. But here it’s the first time that I feel outcast by black people because I’m not white enough. And I’m not here to be Afroswedish, it would take literally all my time and energy trying while it’s not the point of me coming here. Assimilation.

I see the respectability politics as being really strong but because of my personal experience, I don’t give a damn about respectability. For me, respectability is just contributing to the overall oppression. (And seriously, I mean, I really can’t play the respectability card too long because I learned from an early age. Like the first time I’ve been arrested by cops I was 12. If I try to be respectable, it’s just so not credible, even my mom would roll eyes. XD)

I also feel that recently in Sweden the exposure is more a thing by itself, while what I saw lately in France and Belgium is that we play the exposure game at the beginning – even if because our radical position we know we’ll have to pay somehow (I can tell A LOT about it, from death and rape threats, to being fired, to having ministers talking about you in the Parliament so you’re broke, to…) – because we understand the necessity of representations in spaces we don’t exist but soon we get fed up with it because representation without action/change it’s not viable for us. When we have to stand in the spotlight for a longer period of time until the shit is fixed, without even talking about it we share all the contacts we have (like refusing an interview and giving the name of another black person not heard before) and support each other so we are everywhere and with many faces, making harder to ignore us, or to stereotype us, or to create new norms about the good kind of black. But that’s just for the face. The practical part dealing with how we actually do the transformation is the core thing. And for this, few faces are not enough, we need many hands and many skills and knowledge. Especially in a society that is an organized amnesia. So I feel like the aims and the goals, and how we decide to reach them are more explicit than in Sweden.

It’s maybe also because we France and Belgium have a heavy long history of colonialism, neocolonialism, revisionism and immigration. I don’t know enough about Sweden except the country was highly involved in slave trade. (I thought I could learn more by meeting people but opportunities had been too few)

More about the cultural gap… Belgium is a mess, an invention. Our population is bigger than the Swedish one (in term of density, we are the first in Europe, Sweden is the last one), there are three official communities based on the language they speak (French, Dutch, German), three territories (Wallonia, Flanders and Brussels), seven overlapping governments (3 for communities, 3 for territories, and one federal), our capital is also the capital of Europe and hosts its institutions, and on top of that, we have a royal family because why not. So conflicts and direct discussions to fix them and creativity to do so (because nothing is normal, there is no normal solution) is kind of the norm culturally speaking. We have to go for it or it will be more and more messy, like until not having a federal government for so long that we break the record detained by Iraq. So from my perspective, individual interactions in Sweden are far more about conflict-avoiding, looking but not interacting, looking people fail and not helping, and small slow talks, even if many times it doesn’t fix anything but protect people comfort and the unlucky ones just have to live with and adapt to the problem. And when they adapt, the problem is seen as fixed. And I really have difficulties to adapt myself to that. I don’t know how to see it in a different way so I can work with people like for real and I don’t look like a threat. Most of the time, I don’t know if people feel insecure because I want to go straight to the point or if people simply think I’m shit. Black people included. And people don’t talk. After all this time, people just don’t talk.

And I consider looking to each other, all of each other, as one of the big challenge of black activism. I’m working on myself a lot about that since I decided that I’ll not apologize for being black anymore. For me, being unapologetically black also means to not ignore or look down on all the expressions of blackness, of negritude, like « brother/sister, I see you » in a society that wants us to assimilate so we don’t really see each other and so we’re isolated whatever the packaging is. But if I’m the only one looking, it doesn’t work neither. So I’m questioning myself : am I doing wrong with Afroswedes ?

The last thing I’d like to understand better is the dynamic. Activism seems more based on friendships. I don’t know if it’s really different from Belgium and France on this. But I knew and I don’t have network, and I don’t speak the language so this point became crucial. I feel like with white people in Linköping, if they look at me it’s often because they want me to be their black friends so it’s cool, but with black people it’s more a look like « are you good enough to be my friend/around me » even if they smile while I’m asking if they are interested in collaboration. Like we’re not speaking the same language. While my way of working is based on « we don’t need to be close friends to destroy the supremacy, so what’s the plan? ». Even when egos are fighting, we have to acknowledge that the other is valuable for what.they/s.he’s doing/thinking/being. It’s not always easy. Egos can be big in France, because it’s the same ego that allows us to not take shit from the society anymore, so we have to learn how to work together with this factor. But if trying to be best friends with people is part of the activist work here, it’s really challenging because I’m not this kind of social and I don’t want to act fake with black people. I mean I do it when I want to keep my job or when I don’t want to be in trouble with white people.

France and Belgium are not better FOR SURE (white people crazy everywhere) but it’s way different, even regarding black people, and it’s a lot when you’re not prepared to a such difference, and I don’t how to meet you half way, or if it’s even possible.

But to sum it up, my question is WHAT’S UP ?
I’m gonna eat more peanut butter alone.

fuck evs

Teach me something

Coup de clavier poster sur instagram au sujet de mon service volontaire européen (SVE/EVS, Erasmus+) dans la nuit du 30 au 31 aoû, puis effacé au réveil parce que tout le staff est abonné à mon compte. 

Disconnecting mind, time and space. Elaborating strategies… .Live like I’m already gone .Ignore any pressure to waste more of my time and energy for people comfort and feelings about themselves .Fake or none communication (but…) .Don’t let them think I’m their black/africain/exotic free friend .Saying it’s ok to say shit about me so people feel good and I’m not forced to play their game .Avoid .Stop #volunteering for good after this .Still not saying thank you for receiving a book about Africain written by white French dudes as a birthday gift, another wtf in the already long list .Stop getting involved and then stuck in places where I feel like shit .In the future, directly leave when subordonate to people who think that exploitation is collaboration or believe that they make you a favor while you have to fight to work for them for free and doing something you don’t want .Not struggling to work for free anymore .Runaway from people who think that small talk, avoiding conflicts and ignoring issues fix anything more then their self-comfort .Not accepting when formally asked to fake so they can invent that we’re friends or something and do more wtf things .Stay away and let them enjoy their saviorist complex .Being busy enough even if I don’t like what I’m doing because it’s still better than feeling this trap and mistake .Punch somebody before leaving .Putting my headphones every time the roomates make homophobie/lesbophobic/transphobic/sexist comments, even on my friends .Not inviting any friend at « my » place but join them instead, far away .Don’t give a fuck when people get upset when I don’t play my role of exotic accessory/entertainment because I went to see friends or/and do useful/meaningful things .Never work for free for paid privileged people again .Never comply with demands to be less, to think less, to erase perspectives, ambitions, meaning .Not giving any space to white/male/straightsplaining .Not letting guys telling me I’m stupid at any occasion .One year is too much .Again, stop volunteering for good after 11 years, aftet this wtf plan .Keep on looking more at acts than words . … I guess I can learn something from all that shit if I really try hard. #evs #insomnia #makingusefullist

Congolisation internationale à l’international

Post facebook du 10 mars 2016 à 22h30 suite à de bonnes surprises de la everyday life.

 » Je devais vous informer…
Je reviens du supermarché juste à côté de chez moi (parce qu’en Suède, ça ouvre jusque 22h, heureusement pour moi, malheureusement pour les employés) et j’ai encore eu la confirmation que le mouvement est international et bien plus swag que le grand remplacement annoncé par Zemmour et ses potes. Lire la suite

Strolling with Dorrie

Dorrie Wilson participe à la série-documentaire « Strolling » de Cecile Emeke et contextualise la situation belge.
« There is a kind of sensibility that we are invisible. I’ve had numerous incidents where people literally just walk straight into me. I’m physically right in front of them. And they will walk into me. It’s a sort of inherent kind of behaviour here [Belguim] that black people are just not relevant in this scheme. They don’t have to physically be acknowledged and so the kind of unconscious behaviour that white people have here is really, really quite striking in that regard.
I think if I was born in Europe I would understand this much more readily. It’s quite difficult being a Black American. So much of what happens here is stuff that my mum told me about when she was a child. So to be an adult, having lived in the USA where I grew up in the 60’s with black consciousness and black power, and to see these kinds of things. It’s just really disturbing. »
Dorrie m’avait encouragée à poursuivre, à militer. Mais j’ai arrêté, je quitte prochainement le pays.
Pour lire plus sur les noirauds : « On sait et c’est très bien »
Pour la totale : « 
Table ronde « Art féministe, féminismes dans l’art » – FRAC Lorraine 19 octobre 2015« 


Six Po 1600

Politique capillaire de procrastinatrice qui a la flemme : Lait nourrissant et hydratant



Et sinon, c’est toujours à l’arrache, comme d’hab. Pour info, depuis je fais cette recette capillaire (avec des adaptations mineures par-ci par-là) en continu. Peut-être que certains éléments peuvent servir, donc je partage.

Quand t’es noire, pas blacks, stop that shit…

J’ai un mot rapide à dire là-dessus tiens. Dans la dernière asso pour laquelle j’ai bossé et dont j’ai démissionné (another story of Epic Fail Your Life), le proprio des bureaux m’avait sorti à moi, noire, et une ancienne stagiaire noire, sous les yeux de la bosse blanche : « Ah tiens, justement je tourne avec des blacks en ce moment, c’est vraiment intéressant ». Et je lui avais dit un truc du genre « nous les noires on ne se connais pas toutes » or whatever et il en était venu à nous expliquer que dire « black » c’est quand même mieux que « noire ». Ce à quoi j’avais répondu que j’avais encore le droit de dire ce qui me définit. Et puis fallait se taire parce qu’il y avait un bail à signer.  Well, les francophones qui s’obstinent à nous appeler « black » parce que ce serait mieux, dans l’idée que quand ça sonne américain, c’est mieux que quand ça sonne africain. Bref le mec te dit qu’il t’améliore. Get the fuck out of my way, I have no mercy for your head.

Ça c’est fait.

Donc, je disais, quand t’es noire, beaucoup de choses peuvent s’avérer radicalement politiques. Des choses que les gens préfèrent considérer comme superficielle alors que ces choses sont le site d’oppression, d’hégémonie, de hiérarchisation très convoités et exposés. Qaund tu vis dans une culture où ce qui a trait à la négritude est soit inférieur, moche, exotique, exploitable, à dresser ou conformer etc., ne pas plier mais au contraire revendiquer devient politique. C’est clairement le cas pour les cheveux. Les cheveux noirs naturels, «  » »ethniques » » », sont compris comme non-conformes, sales, dégradants/dégradés, négligés etc. Il y a la pression à l’école, au travail, aux événements importants… La présentation noire ne peut convenir. Beaucoup de choses en découles comme l’industrie du défrisage et lissage, les injonctions à avoir une tenue « lisse » au travail, le fait qu’il soit si difficile de trouver des produits performants et bon pour nos cheveux et notre santé (non mais toutes les merdes qui existent, s’il faut plus de preuves…). pour trouver de bons produits, on nous presse davantage le porte-monnaie quand d’autres se contentent d’aller au supermarché.

But le mindfuck va jusqu’à nous punir quoi que l’on fasse : si on conforme nos cheveux, c’est une vraie galère, si on arrête de le faire, c’est une vraie galère aussi. Ce que je prône ? C’est que chacune est maîtresse de sa chevelure quoi qu’elle choisisse. Que les gueules se ferment.

Mais comment être maîtresse de sa chevelure ? Moi, je peux vous parler de ma maîtrise avec des cheveux naturels dreadés à la freestyle. Et je vous en parle en tant que procrastinatrice de la life qui a grave la flemme de la vie. Où je veux en venir ? Bah c’est mort. C’est mort. Je suis super nulle pour m’occuper de moi : quand j’ai pris ma douche et que je me suis brossé les dents, mon quota self-care est explosé. Les fringues c’est juste pour le swag. Ça fait dix ans que j’ai des dreads. J’ai du raser entièrement 2-3 fois et je suis revenue aux dreads parce que j’ai super grave la flemme de m’occuper de mes cheveux au quotidien. Et si à 15 ans j’étais ultra consciente de la signification des dreads, dix ans plus tard je suis contente d’avoir toujours une politique qui ne soit pas incompatible avec cela. C’est-à-dire que je suis contente voir viré « nouvelle caution de la droite dure ». Autre chose, j’ai un handicap depuis le niveau de l’omoplate gauche jusqu’au coude grâce à une erreur médicale à la naissance (procédure juridique contre l’hôpital en cours). Du coup, les tresses, les attentions délicates et prolongées tousssssa… pas possible. A la base, me laver les cheveux est déjà un acte super pénible où je dois prévoir une plage horaire dans ma journée et je fais des pauses dans la douche avant de m’y remettre. Du coup, mon handicap ne m’aide pas trop à combattre ma flemme. Il me faut donc des solutions quotidiennes adaptées, c’est-à-dire où il ne faut rien me demander.

La dernière fois que j’ai totalement rasé, j’ai géré la pousse avec des vanilles faîtes par ma mère. J’aimais bien, faire et défaire, kiffer mon afro. Ce que j’aimais moins, c’était être totalement dépendante de ma mère pour la survie de mes cheveux. La tondeuse me faisait de grands signes. Je suis revenue aux dreads (case « hésitation », je rase quand même la moitié de la tête parce que c’est chaud ces trucs) mais il faut quand même un minimum s’en occuper right ? Et toute cette merde que je dis depuis plusieurs paragraphes c’est pour partager avec vous ma recette de lait nourrissant-hydratant faite maison pas ma personne flemmarde elle-même.

Bon j’avoue, j’avais arrêté depuis été 2012 avant de partir en Finlande (à cette époque j’ai aussi arrêté de cuisiner…) mais today je reprends cette recette que je m’étais faite et qui était un pur bonheur pour mes cheveux politiques. Et je partage avec vous parce que ça aussi c’est politiques les sisters. On n’a pas à souffrir de qui nous sommes. Noire et flemmarde. Lire la suite

Table ronde 02 big

Table ronde « Art féministe, féminismes dans l’art » – FRAC Lorraine 19 octobre 2015

Coup de clavier

C’est fait vraiment, vraiment, vraiment à l’arrache. Genre vraiment.

Intervention enregistrée en vitesse, montage à deux balles fait dans le rush et envoyé dans les dernières secondes critiques pour la table ronde « Art féministe, féminismes dans l’art » qui se tenait au FRAC Lorraine à Metz le lundi 19 octobre 2015 de 14h à 17h30 avec pour autres intervenantes Peggy Pierrot, Pascale Obolo et Frieda Ekotto suite à mon impossibilité d’être physiquement présente (grève des trains en Belgique).
C’est-à-dire nuit blanche, bâclage et inspiration de la deadline.

Table ronde 02Table ronde 03Table ronde 04

REMEMBER THIS ? => Blackface à la marche féministe non-mixte du 8 mars 2015 à Bruxelles

Pour clôturer le dossier avant de quitter le pays :

Lire la suite

Vilaine racialiste.

Ça me rappelle ce long truc :
mais en plus « je te calcule même plus » et ça me plaît.

Les bavardages de Kiyémis.

Copain gauchiste blanc,

Pour une fois, je vais parler calmement. Viens on s’assoit deux minutes, on prend un café, un thé, un verre de rouge, une bière, n’importe quoi. On s’assoit sur un banc, tiens c’est gratuit, je préfère.

Tu sais, tu m’es un peu familier. Tu me rappelles mon prof d’économie de première. On a tous ce prof qu’on adore, qui nous fait aimer les cours, qui nous fait poser dix mille questions, qui provoque des digressions sur la vie, la société, les acteurs sociaux, les inégalités, les injustices, Keynes… et puis Marx. Ben c’est un peu mon prof d’eco de première, que j’aimais bien. Lui aussi, il m’aimait bien, il aimait me voir péter des câbles face aux injustices sociales, lui poser un milliard de questions. Y répondre calmement, posément, parfois un peu las mais toujours un petit sourire affectueux.

Copain gauchiste blanc, tu me rappelles ma prof…

View original post 718 mots de plus

Le Thalys, le harcèlement de métro et l’héroisme ordinaire


Les raisons de la colère

Hier, un mec armé d’un cutter, d’une Kalash, d’un gun et d’autres joyeusetés du genre s’est mis à agresser les passagers d’un Thalys. Torse nu, il tire des coups de feu dans le wagon et touche un voyageur à la gorge. Un premier pékin tente de le désarmer en sortant des toilettes, en vain. Deux militaires américains – un rentre d’Afghanistan, l’autre est dans l’Air Force – parviennent à le maitriser. Il est arrêté, les passagers sont pris en charge sur le plan psychologique. Les journalistes débarquent, Bernie Cazeneuve aussi et Jean Hugues Anglade voit son agenda booké pour les trois prochains mois, ce qui ne lui est pas arrivé depuis le finale de Braquo.

Twitter, 13 heures du mat’ : j’en vois qui sont scandalisés que les employés du Thalys se soient enfermés dans une mini-cabine et n’aient pas ouvert quand les passagers terrifiés tambourinaient à la porte. D’autres hurlent…

View original post 1 510 mots de plus

ITMTC affiche grand

Intersectionnalité TMTC · #ITMTC

Nous-mêmes nous savons.

Affiche ITMTC


« Nous, enfants des « anciennes » colonies, parmi lesquels des meufs, des queers, des trans, des travailleur.e.s du sexe, des migrant.e.s, des prolétaires, des étudiant.e.s précaires, des chômeur.e.s, des non intégrables aussi bien sur le marché de l’emploi que sur celui de l’identité nationale…

Prenons la parole pour changer nos vies !

Pourquoi « intersectionnalité » ?

L’intersectionnalité, c’est pas compliqué, c’est une vision politique héritée des luttes des femmes noires américaines. On connaît le mouvement des droits civiques, le mouvement Black Power, mais il y a eu aussi l’émergence du Black feminism. Le but ? Montrer que le féminisme qui s’appuie sur l’expérience des femmes blanches, l’antiracisme qui s’appuie sur l’expérience des hommes noirs, et l’anticapitalisme qui refuse de prendre en compte le racisme et le sexisme, sont des impasses pour celles qui sont à la fois femmes, noires et de classe populaire. Résultat : Un foisonnement de collectifs politiques a pris lieu, des quartiers populaires jusqu’aux universités, qui militaient et militent encore contre les violences d’État et intracommunautaires touchant les femmes noires pauvres.

Nous, avec cet héritage-là, on propose d’élargir dans le contexte francophone (France-Belgique) à tout.e.s celles et ceux qui sont issu.e.s des « anciennes » colonies et se situent à l’intersection de plusieurs systèmes de domination et sont vulnérables au durcissement du système néo-libéral : femmes prolo lesbiennes, trans hommes et femmes au chômage, femmes et hommes queer musulman.e.s, travailleur.e.s du sexe migrant.e.s, queers et trans migrant.e.s etc.

Nous nous inscrivons dans une lutte plus globale : contre le système patriarcal, raciste et capitaliste dans son entièreté. Mais dans cette lutte globale, il y a des spécificités qui doivent en même temps être prises en compte. Et c’est sur ce terrain des spécificités qu’on se situe, en faisant des allers retours entre nos positions spécifiques et un idéal global contestataire.

Pourquoi ces journées ?

Nous sommes fatigué·e·s et énervé·e·s de voir un outil de lutte construit par nous et pour nous être récupéré, malmené et vidé de toute substance par les intellectuel·le·s, acadé, politiques blanc·he·s qui ont décidé de parler de nous sans nous. En plus des intellectuel.le.s, les activistes blanc.he.s utilisent l’intersectionnalité comme un moyen d’appeler à une supposée « convergences des luttes » qui n’est rien d’autre qu’une manœuvre pour obtenir le soutien des racisé.e.s (c’est à dire nous les non blanc.he.s, éternels « étranger.e.s » en Europe) dans leurs luttes. Il ne s’agira jamais d’être en retour de vrai.e.s allié.e.s dans les nôtres.. En gros, l’intersectionnalité sert paradoxalement aux blanc.he.s, universitaires et/ou militant.e.s à évacuer la question du racisme systémique et tout potentiel transformateur pour les racisé.e.s.

Dans le même temps, un certain anti-racisme préfère réduire l’intersectionnalité à l’usage dépolitisant qu’en font les blanc.he.s cité.e.s précédemment, afin de mieux nous faire taire et invisibiliser les usages que nous en faisons. Ce qu’ils veulent ? Qu’on se batte pour l’égalité entre hommes hétérosexuels de toutes les communautés, blanches et non blanches, sans rien changer au patriarcat, à l’hétérocentrisme et la transphobie.

D’autres, marxistes, dans le genre intellos perché.e.s ou militant.e.s, choisissent de réduire “les intersectionnelles” à un groupe homogène qui serait fondamentalement à l’ouest sur les questions économiques et le capitalisme, trop “identitaires”, voire pour certains “sans programme politique”, même quand ils n’en n’ont pas eux-mêmes (si ce n’est défendre leur pré carré).

Au fond, ces mêmes personnes continuent toutes d’ignorer les racisé.e.s qui travaillent et luttent sur ces questions depuis longtemps, ici, qu’elles utilisent ou pas le terme d’ « intersectionnalité ». Cette attitude, cette appropriation de nos paroles et vécus, ces silenciations et invisibilisations de nos positions spécifiques dans les rapports d’exploitation et dans les différents systèmes d’oppression, montrent tout simplement une dépolitisation d’un outil politique radical construit pour et par nous.

Nous décidons de tchiper et balayer d’un geste nonchalant de la main des propos qui ne retiendront désormais plus aucune de nos considérations.

Toi-même tu sais #TMTC

Il est alors temps de recréer des espaces pour nous afin de repolitiser et se réapproprier nos vécus, nos projets et nos luttes. Par la politisation de nos conditions dans la société, nous incarnons l’intersectionnalité. Nous sommes les expert.e.s de nos vies et possédons la matière première d’une lutte inteserctionnelle et véritablement transformatrice, qui s’inscrira dans un mouvement global contre ce système d’exploitation, d’oppression et de mort que doivent endurer certain.e.s afin que d’autres puissent se la couler douce.

Travaillons ensemble à construire des mouvements qui ont un réel impact sur nos vies ! 

Intersectionnalité TMTC · #ITMTC« · Facebook · Twitter ·


PARIS 14 juin au 6B

11111620_884580218268101_8903069304956964641_o10495345_884580198268103_5317719424039241753_o11312924_884580224934767_7880125260037891792_o 11096294_884580201601436_6413026010023468427_o

BRUXELLES 28 juin au Pianofabriek

image-0004image-0001 image-0002 image-0003

Bientôt plus d’informations


« Le temps béni des colonies » ou l’impérative nécessité d’un Afroféminisme français

Par Alma H. Geist : « L’afroféminisme est notre façon de lutter à nous, qui sommes à l’intersection de la suprématie blanche et du patriarcat (et plus), et nous rejetons tout impérialisme et colonialisme. Nous – afroféministes – avons décidé de nous réapproprier notre espace, notre parole, nos corps et nos esprits. Là où certain-e-s voient un exhibitionnisme indécent responsable des viols (!), et là où d’autres (ou les mêmes) aimeraient nous voir enfermées dans une politique de respectabilité, nous voyons notre auto-détermination, une réappropriation de nos corps, de nos sexualités et l’expression d’une colère saine. Et comme cet article nous l’a montré à maintes reprises, cette réappropriation est nécessaire à la guérison, voire indispensable . C’est là que se situe notre décolonisation. »

Un article à lire !

La Toile d'Alma

  • Plongée au cœur de la vie des 1%

En visite chez des amis, je tombe sur un vieux numéro du magazine Le Point datant de décembre 2014.

Ce genre de lecture ne fait pas partie de mes habitudes, mais la couverture vantant les « nouvelles prouesses de l’hypnose » m’intrigue. Il faut dire que le sujet m’intéresse. Je prends mon courage à deux mains et ouvre l’hebdomadaire.

En pages 2 et 3, une publicité pour un bijou en or blanc et diamants. Ah oui, j’oubliais de préciser qu’il s’agissait d’un numéro spécial joaillerie. Tout y est: la jeune femme blonde timide et angélique parée de plumes blanches et d’un diadème, photo en noir et blanc pour le côté « artistique ». Bref, beurk.

Laissez-moi vous présenter la suprématie blanche Laissez-moi vous présenter: la suprématie blanche

Pages 3 et 4, une publicité pour un joailler new-yorkais. L’image est on ne peut plus stéréotypée, et constitue un parfait exemple de la technique…

View original post 4 365 mots de plus

Les gens et le racisme, un problème d’égo

Énième mise au point.

Ms. DreydFul

On en parlait avec @mrsxroots, et ça m’a donné envie de faire un court post dessus (du moins, je vais essayer de faire court).

Les gens ont un problème avec le racisme. Déjà, ils ont un problème de définition. Et de ce problème de définition, ils ont face à celui-ci une attitude manichéenne, où il y aurait d’un côté les vilains racistes méchants pas-beaux, comme ces gens du FN (Bouuuh!) et de l’autre, les gentils gens tous antiracistes qui voient pas les couleurs et qui ont des amis noirs d’abord (ou qui sont eux-même noirs!). Et quand vous dites à quelqu’un qu’il est raciste, voilà ce qu’il comprend : « Quoi!? Tu veux dire que je suis comme ces vilains gens du FN pas gentils, pas beaux??? »

Ceci est un problème, et fait tourner toute la conversation autour d’un problème d’ego (le votre, d’égo). Quand on vous dit que…

View original post 386 mots de plus

Reconnaissance colonisation exclavage colonial Léopold II grand

On sait et c’est très bien

Principe du coup de clavier ICI Réaction originale postée sur facebook le soir du samedi 14 mars et développée ici. C’est craché, pas léché.
(AJOUT : pétition à la fin du texte)

Ce qui est génial avec la culture belge du blackface, que ce soit pour des « performances artistiques », Père Fouettard, les Noirauds…, c’est que c’est vraiment en toute décomplexion. On sait d’où ça vient et c’est très bien.

Pour les Noirauds par exemple, qui étaient dans le centre de Bruxelles ce samedi 14 mars après-midi, sur leur site ( :

« Le costume : haut de forme blanc, habit noir, pantalons bouffants de couleur vive, chaînes et breloques clinquantes et visage noirci, est certes spectaculaire, mais il a pour but de se faire remarquer dans la bonne humeur pour remplir les troncs en forme de poupée noire Ce costume a une histoire : lors de notre création en 1876, nous sommes en pleine période de découverte de l’Afrique et c’est ainsi que l’imagination populaire se représente les notables africains. »

On est donc pas dans une ignorance totale, même s’il est possible de développer beaucoup, beaucoup beaucoup, plus.

Ils en disent moins, et d’une drôle de façon, dans cette interview sur Télébruxelles, je vous laisse apprécier : Lire la suite

Mood big

Merci, mais ça va aller.

Principe du coup de clavier ICI

Posté sur facebook  le lundi 2 mars à 22h54 ICI et reproduit ci-dessous.

Je voulais un texte bien construit et tout, mais en fait je suis épuisée et trop busy.


Nous recevons beaucoup de messages, emails, interpellations de toutes sortes depuis la conférence-débat Ouvrir la Voix « La parole des Afro-descendantes : entre paternalisme, confiscation et réappropriation » dans le cadre de la Semaine Décoloniale de Sortir du Colonialisme le 23 février 2015.

Des gens, blanc·he·s, beaucoup, ont réalisé qu’on existait, qu’on faisait des trucs, qu’illes n’étaient pas au courant et surtout qu’on ne leur avait pas demandé ni leur aide, ni leur avis.

Voici donc une réponse globale pour poser le tableau.



Bon rapidement parce que ça vire vraiment loin. On dirait un remake des décennies précédentes, celles qu’on a lues.
Donc message aux maîtresses et aux sauveurs qui « contactent » les meufs noires pour leur « bien » :

– On peut avoir un diplôme et ne pas être bourgeois. Même que ça devient plutôt normal avec la crise cette tendance, je sais pas si vous êtes au courant. Comme beaucoup j’ai grandi avec des parents qui place l’éducation comme l’issue à une situation difficile. J’ai grandi avec des tantines qui me coincent à la cuisine pour être sûre que je comprenne que le diplôme c’est le premier mari, c’est celui qui ne trompe pas. Vous voyez le genre ? Et le diplôme, ça n’a jamais été le remède anti-racisme. C’est espérer que les enfants vivent mieux. Donc non on ne s’égare pas. Vraiment pas. (Ah ouais, je le dis, il y a des noir·e·s qui ont des diplômes aussi, je sais pas si tout le monde sait, et qui sont politisé·e·s et pas content·e·s.)

– Des meufs noires peuvent avoir une présentation « très léchée » qu’elle soit physique/vestimentaire, médiatique, culturelle ou intellectuelle. Mêmes des noires peuvent se permettre de faire ça. C’est dingue.

– Il y a des meufs noir·e·s qui font ça et d’autres trucs sans avoir une thune à elle où sans en toucher pour le faire. D’autres en croisant les doigts pour que ça ne les enterre pas, parce qu’il faut le faire. Sans modèle économique Néolibéral CoporateTM. Mais ça encore ça paraît totalement invraisemblable.

– Aucune de ces meufs noires ne vous a demandé votre avis sur de nombreux éléments tels que : leur intelligence, leur présentation, leurs choix, leurs besoins, leur culture, leur place, leurs fréquentations, leurs aspirations, leur sexualité, leur profession (ou absence d’emploi), La FÂME Africaine, leur parcours militant, leur… liste beaucoup trop longue, tellement de créativité dans les propositions. Lire la suite

la sister - big

La sister

Principe du coup de clavier ICI

Dimanche 1er février 2015

la sister

Bon je la raconte.

Hier, après une certaine déception des deux mobilisations qui ont eu lieu à Bruxelles, je suis allée rejoindre des potes. Mais entre temps, il y avait toujours ce risque, vous savez, celui du mec qui te pollue encore plus ta journée. Ce risque est partout, tout le temps. ENFER.

Et donc ce risque s’est pour la énième fois avéré. D’une façon tellement formidable que je n’avais pas les mots. Parce qu’à côté, j’ai une vie qui n’est jamais prête pour accueillir ce risque de merde tellement il est toujours WTF, peu importe à quel point on est habituée.

Je quitte le Mont des Arts pour aller vers la Grand’ Place et poursuivre dans le quartier gay jusqu’à Lady Paname (now you know ma trépidante promenade du samedi). Vu que j’ai eu le temps de solidifier mes orteils grâce au froid lors des mobilisations, je décide de passer par la galerie Agora pour me réchauffer quelques dizaines de seconde. Elle est full de monde, et full de touristes (les touristes sont en-dehors du monde).

Bref, Mr Risque me croise avec ses potes et sort/marmonne un « Salut sister ». Je rembobine dans ma tête : Mr Risque blond (brun ? Je sais plus), lunettes de soleil (à cette période de l’année, en Belgique), démarche improbable et pourtant tellement répandue, casquette à l’envers, la petite vingtaine (plus jeune que moi, j’ai décidé), skate à la main me dit « Salut sister ». Après deux mobilisations autour de la RDC et de l’unité africaine. Genre, God Dieu t’as un fucking sens de l’humour et je sais que tu dis quelque part dans ton bouquin que tu ne nous donnes pas d’épreuve que l’on ne pourrait surmonter mais SERIOUSLY ?! Il n’y a plus de respect.

Donc je me demande si j’ai bien entendu ce que Mr Risque vient de dire alors je me retourne et je dis « Pardon ? ». Là il me sort « Elle est bonne la sister ». Là j’ai mon sourcil droit qui s’élève de façon surnaturelle mais j’ai pas le temps de réaliser parce qu’en fait il n’a pas fini le monsieur. Il poursuit par « Tu veux un cadeau pour la St-Valentin ? »

Dieu faut que tu réévalues tes épreuves, STP.

« Tu m’as appelée comment ? ». Ouais, j’étais encore coincée au premier épisode. « Sister ?? Non mais le délire bouffon. Ouais je suis bonne mec, pour toi je ne serai rien d’autre qu’une bonne soeur mais avec l’amour et la compassion en moins. »

Et là j’ai un gros regret. Énorme. Parce que vous voyez, au lieu de lui fusionner la tête avec le présentoir de porte-clé à l’effigie de Johnny or whatever, j’ai sorti un truc du genre « Non mais ne me fais pas d’appropriation culturelle. T’es bizarre. » Et je me suis barrée.

Ouais. WTF MEUF. Depuis quand ton cerveau prend le dessus ? De toute évidence depuis trop longtemps. Tu veux pas lui présenter un projet de thèse non plus ?

J’ai même pas tenter d’aborder le chapitre de la St-valentin.

Donc à partir d’aujourd’hui, j’arrête. Et c’est pour vous les Messieurs Risque que je fais cet effort de pédagogie. Il vaut mieux prévenir parce que j’espère bien qu’il n’y aura personne pour guérir : la prochaine fois que je dois me taper ce genre d’épreuve surnaturelle, je ferai en sorte que le Mr Risque, le challenger, ne soit jamais géniteur.

La Sister

PS : Merci aux gens bien que je suis allée rejoindre par après : des gouines. ♥

Dessin de _lila*

Ni terreur, ni récupération

Principe du coup de clavier ICI

Jeudi 8 janvier à 00h12, sur le coup, après avoir appris les événements et essuyé les injonctions au boulot et sur la toile. Après la fusillade, beaucoup ont voulu utiliser l’injonction « Je suis Charlie » pour décréter les personnes qui s’opposent la ligne éditoriale de Charlie Hebdo co-responsables des meurtres.


Ni terreur Ni récupération

Lire la suite