Politique capillaire de procrastinatrice qui a la flemme : Lait nourrissant et hydratant

CET ARTICLE A ÉTÉ ÉCRIT LE  20 MARS 2015 SANS JAMAIS ÊTRE FINI (GENRE IL MANQUAIT DEUX LIGNES). JE VOULAIS AJOUTER DES PHOTOS, DES LIENS, TOUT ÇA. NOUS SOMMES LE 6 DÉCEMBRE 2015 (01:22). VIVE LA FLEMME PROCRASTINATRICE. J’APPUIE SUR LE BOUTTON « PUBLIER » AVANT QU’UNE NON-INTÉGRÉE DE PLUS ME METTE VIRTUELLEMENT UNE TORGNOLE.

EN GROS, QUAND VOUS LIREZ CECI, VOUS SEREZ DÉJÀ EN RETARD. ❤

Et sinon, c’est toujours à l’arrache, comme d’hab. Pour info, depuis je fais cette recette capillaire (avec des adaptations mineures par-ci par-là) en continu. Peut-être que certains éléments peuvent servir, donc je partage.

Quand t’es noire, pas blacks, stop that shit…

J’ai un mot rapide à dire là-dessus tiens. Dans la dernière asso pour laquelle j’ai bossé et dont j’ai démissionné (another story of Epic Fail Your Life), le proprio des bureaux m’avait sorti à moi, noire, et une ancienne stagiaire noire, sous les yeux de la bosse blanche : « Ah tiens, justement je tourne avec des blacks en ce moment, c’est vraiment intéressant ». Et je lui avais dit un truc du genre « nous les noires on ne se connais pas toutes » or whatever et il en était venu à nous expliquer que dire « black » c’est quand même mieux que « noire ». Ce à quoi j’avais répondu que j’avais encore le droit de dire ce qui me définit. Et puis fallait se taire parce qu’il y avait un bail à signer.  Well, les francophones qui s’obstinent à nous appeler « black » parce que ce serait mieux, dans l’idée que quand ça sonne américain, c’est mieux que quand ça sonne africain. Bref le mec te dit qu’il t’améliore. Get the fuck out of my way, I have no mercy for your head.

Ça c’est fait.

Donc, je disais, quand t’es noire, beaucoup de choses peuvent s’avérer radicalement politiques. Des choses que les gens préfèrent considérer comme superficielle alors que ces choses sont le site d’oppression, d’hégémonie, de hiérarchisation très convoités et exposés. Qaund tu vis dans une culture où ce qui a trait à la négritude est soit inférieur, moche, exotique, exploitable, à dresser ou conformer etc., ne pas plier mais au contraire revendiquer devient politique. C’est clairement le cas pour les cheveux. Les cheveux noirs naturels, «  » »ethniques » » », sont compris comme non-conformes, sales, dégradants/dégradés, négligés etc. Il y a la pression à l’école, au travail, aux événements importants… La présentation noire ne peut convenir. Beaucoup de choses en découles comme l’industrie du défrisage et lissage, les injonctions à avoir une tenue « lisse » au travail, le fait qu’il soit si difficile de trouver des produits performants et bon pour nos cheveux et notre santé (non mais toutes les merdes qui existent, s’il faut plus de preuves…). pour trouver de bons produits, on nous presse davantage le porte-monnaie quand d’autres se contentent d’aller au supermarché.

But le mindfuck va jusqu’à nous punir quoi que l’on fasse : si on conforme nos cheveux, c’est une vraie galère, si on arrête de le faire, c’est une vraie galère aussi. Ce que je prône ? C’est que chacune est maîtresse de sa chevelure quoi qu’elle choisisse. Que les gueules se ferment.

Mais comment être maîtresse de sa chevelure ? Moi, je peux vous parler de ma maîtrise avec des cheveux naturels dreadés à la freestyle. Et je vous en parle en tant que procrastinatrice de la life qui a grave la flemme de la vie. Où je veux en venir ? Bah c’est mort. C’est mort. Je suis super nulle pour m’occuper de moi : quand j’ai pris ma douche et que je me suis brossé les dents, mon quota self-care est explosé. Les fringues c’est juste pour le swag. Ça fait dix ans que j’ai des dreads. J’ai du raser entièrement 2-3 fois et je suis revenue aux dreads parce que j’ai super grave la flemme de m’occuper de mes cheveux au quotidien. Et si à 15 ans j’étais ultra consciente de la signification des dreads, dix ans plus tard je suis contente d’avoir toujours une politique qui ne soit pas incompatible avec cela. C’est-à-dire que je suis contente voir viré « nouvelle caution de la droite dure ». Autre chose, j’ai un handicap depuis le niveau de l’omoplate gauche jusqu’au coude grâce à une erreur médicale à la naissance (procédure juridique contre l’hôpital en cours). Du coup, les tresses, les attentions délicates et prolongées tousssssa… pas possible. A la base, me laver les cheveux est déjà un acte super pénible où je dois prévoir une plage horaire dans ma journée et je fais des pauses dans la douche avant de m’y remettre. Du coup, mon handicap ne m’aide pas trop à combattre ma flemme. Il me faut donc des solutions quotidiennes adaptées, c’est-à-dire où il ne faut rien me demander.

La dernière fois que j’ai totalement rasé, j’ai géré la pousse avec des vanilles faîtes par ma mère. J’aimais bien, faire et défaire, kiffer mon afro. Ce que j’aimais moins, c’était être totalement dépendante de ma mère pour la survie de mes cheveux. La tondeuse me faisait de grands signes. Je suis revenue aux dreads (case « hésitation », je rase quand même la moitié de la tête parce que c’est chaud ces trucs) mais il faut quand même un minimum s’en occuper right ? Et toute cette merde que je dis depuis plusieurs paragraphes c’est pour partager avec vous ma recette de lait nourrissant-hydratant faite maison pas ma personne flemmarde elle-même.

Bon j’avoue, j’avais arrêté depuis été 2012 avant de partir en Finlande (à cette époque j’ai aussi arrêté de cuisiner…) mais today je reprends cette recette que je m’étais faite et qui était un pur bonheur pour mes cheveux politiques. Et je partage avec vous parce que ça aussi c’est politiques les sisters. On n’a pas à souffrir de qui nous sommes. Noire et flemmarde.

LAIT NOURRISSANT HYDRATANT

Le but est d’avoir un spray à vaporiser sur les cheveux une à deux fois par jour sans plus. Sans devoir faire de masque, sans devoir malaxer, sans devoir dépenser des thunes de ouf pour des produit qui ne te tuent pas la santé. C’est à faire tous les mois ou tous les deux mois, voire moins, selon la quantité préparée et la touffe de cheveux à gâter.

C’est ma recette, je l’ai composée à partir d’éléments d’information que j’ai pu trouver sur les différents composants que j’utilise. Ça fonctionne pour moi, autant ne pas la garder secrète. Voyez ce qui fonctionne pour vous, avec probablement des adaptations. Je fais à chaque fois une bouteille de 100 à 400 ml (de gros volumes seraient du gaspillage car le produit ne peut être conserver pendant des mois et des mois).

Ce lait se compose essentiellement d’huiles et beurres végétaux, d’actifs, d’huiles essentielles choisies en fonction des besoins de vos  cheveux. Il y a également un émulsifiant, un conservateurs naturel. Cette fois-ci j’y ai également ajouté des hydrolats. Wola meuf de quoi tu parles ? Ça vient !

MATÉRIEL

Je me fournis chez AROMA-ZONE, souvent avec une commande annuelle que je me fais livrer. Faut sortir de la thune sur le coup, mais après c’est la tranquillité pour un an au moins. Ma commande est sous les 100€ mais ça reste grave un budget quand on est dans la dèche. Les commandes groupées, les réducs, et les alternatives sont à considérer (exemple, prendre son huile d’olive vierge en magasin, pas la peine de passer commande pour ce genre de chose). De plus, certains produits font de la route avant de nécessiter d’être renouveler (émulsifiant, conservateur naturel, huiles essentielles, actifs par exemples). Quand il ne faut que racheter des huiles végétales et des pipettes l’année d’après, la note fond. Niveau contenant, pipettes, mesureurs etc., AROMA-ZONE est intéressant quand on a pas ça chez soi. De plus, le site vous propose énormément d’indications sur toute une série de produits, ce qui aide beaucoup dans le choix des composants.

  • Deux contenants avec bouchons
  • Embout spray
  • De quoi mesurer de petites quantités (idéalement des pipettes graduées)
  • Huiles végétales, huiles essentielles, actifs, conservateurs naturel, eau ou hydrolat adaptés à vos cheveux et cuir chevelu, émulsifiant à froid

COMPOSANTS

Huiles végétales

Quand je faisais… non… quand ma mère me faisait mes vanilles, mes choix étaient fortement tournés sur le démêlage, la réparation et l’hydratation et qui sont connus pour convenir aux cheveux afros crépus: beurre de murumuru, huile de sapote, huile de yangu, monoï. Résultat : GÉNIAL. Je fais partie des personnes qui hurlent à l’infâme douleur dès con pose un doigt sur un cheveux, et ce mélange m’a sauvé la life, avec le silicone végétal et les céramides végétales comme actifs. L’huile de brocoli aussi est super, elle a des proprités semblables au silicone végétal.

Cette fois, je n’ai pas pu me procurer mes produits habituels car en rupture de stock. Mais en même temps je suis de nouveau aux dreads, mes besoin sont aussi différents. J’ai surtout besoin des les nourrir et hydrater, d’embellir la fibre, de les garder forts et brillants mais aussi de protéger la couleur car je vais passer à l’indigo (si vous avez des conseils d’application, je prends grave !). Et j’ai également envie de favoriser la pousse. Pas qu’il ne pousse pas vite, au contriare, vraiment, mais on en veut toujours plus right ? Enfin, je cherche également à apaiser mon cuir chevelu. Entre le rasage (vu que j’ai la moitié du crâne rasé) et les tensions (je n’ai pas trop un environnement de bisounours), irratations, et parfois démangeaisons, sont devenues la normes. Cela favorise la présence de pellicules.

J’ai donc choisi pour cette fois de l’huile de ricin, de l’huile de coco et de l’huile d’olive. Oui, l’huile d’olive fonctionne super bien sur mes cheveux et apaise mon cuir chevelu. De plus elle renforce les cheveux, protège les couleurs, apporte brillance et nourrit. L’huile de ricin, qui n’est pas étrangère pour pas mal d’entre nous, fortifie également, favorise la croissance et régénère et hydrate les cheveux fragilisés (abandonnés par l’horrible personne que je suis). Enfin, l’huile de coco sent bon. Et sinon, elle nourrit et lisse les cheveux et assaini le crâne. Ce sera ma team de gras pour cette fois, cette année.

Huiles essentielles

Ces concentrés sont ajoutés en très très petites quantités. Je bosse toujours avec l’HE de ylang-ylang. Parce qu’elles sens bon mais aussi parce qu’elle est recommandée contre la dépression, le stress et l’excitabilité. Elle est aussi très recommandée pour les cheveux car elle leur apporte force et brillance. (Et je vais en profiter pour l’utiliser aussi pour la peau en l’ajoutant à mon savon car elle l’a revitalise.).

Je vais tenter pour la première fois l’HE de cèdre de l’Atlas. Elle a une fine odeur boisée que je kiffe. Je sais qu’on peut l’utiliser dans la méditation également. Pour les cheveux, elle favorise la pousse et élimine les pellicules.   (Pour celles que ça intéresse, elle est également indiquée en cas de rétention d’eau).

Actifs

Les actifs servent à donner au lait des propriétés bien spécifiques. Il en existe un paquet. Ici je vais conserver ceux que j’utilisais auparavant parce que le résultat était plus que satisfaisant et aussi parce que j’ai la flemme de me renseigner davantage. Il y a d’une part les céramides végétales qui gaine le cheveux, lisse ses écailles se qui les rend doux et soyeux, il les protège des agressions (d’ailleurs très bon pour les cheveux défrisés, colorés, passés au fer ou au sèche-cheveux etc.), protège aussi la couleur, hydrate le cuir chevelu et prévient les pellicules et les démangeaisons. D’autre part il y a le silicone végétal qui ressert les écailles du cheveux les rendant doux et brillants, est filmogène sans étouffer, renforce avec des minéraux essentiels (calcium, magnésium, zinc, manganèse) et en plus il ne laisse pas de résidu.

Mais j’ai un ingrédient de plus par rapport aux dernières fois : la maca vital. Il fortifie et stimule la pousse en augmentant la multiplication des cellules et en gainant. Par ailleurs, il fortifie le bulbe capillaire, notamment face aux facteurs de stress, et améliore l’adhésion du cheveux au cuir chevelu. C’est deux critères le rend efficace face à la chute de cheveux.

Hydrolats

ALL NEW. Je suis motivée, mais je pense que c’est dû à l’amnésie. En effet, je complexifie un peu ma recette par rapport aux dernières fois, j’attends de voir si cet ajout résistera à ma flemme. J’ai ajouté deux hydrolats. L’hydrolat de romarin prévient la chute et les pellicules. La poudre de pivoine est anti-inflammatoire et apaise donc les irritations. Elle est également anti-radicalaire et calme les démangeaisons. Cependant la poudre de pivoine ne peut s’utiliser tel quel, il faut faire son propre hydrolat.

J’ai décidé d’ajouter ces hydrolats pour apporter une attention particulière à mon cuir chevelu.

Émulsifiant

L’eau et l’huile ne se mélangent pas. Pour que la composition tienne, il faut ajouter un émulsifiant. Je travaille avec le gélisucre car il s’utilise à froid. Pas besoin de faire chauffer la préparation et de mesurer la température etc. Il suffit de bien agiter et le lait prend. De plus, c’est le premier et seul émulsifiant certifié biologique par Écovert. Il permet d’obtenir un lait fluide et sprayable. Il est parfait pour les peaux sensibles. Il contient également de la glycérine, qui hydrate, et de l’huile d’amandine douce. Bref, flemme et efficacité réunies.

Conservateur

Pour conserver ma préparation j’utilise de l’extrait de pépins de pamplemousse. C’est un conservateur naturel. 20 gouttes et c’est réglé.

RECETTE

Vous devez prévoir deux contenants différents : un pour la partie huileuse, l’autre pour la partie aqueuse. Vous devez pouvoir les refermer pour secouer le contenu.

Je mets les dosages en %, il vous suffit d’adapter à la quantité finale que vous souhaitez obtenir.

Sans dec, c’est plutôt simple niveau produit DIY, même si tout ce que je raconte avant peut sembler compliquer l’affaire. La preuve dans la suite…

Phase huileuse: 30%

Pour que le lait ne soit pas trop lourd, je limite les huiles à 30% du volume final (vous pouvez monter à 40% si vos cheveux le kiffe bien, il faut alors diminuer la quantité d’eau de la phase aqueuse). Dosez votre ou vos huiles adaptées à vos cheveux et cuir chevelu dans un contenant.  Secouez. Fini.

Phase aqueuse : 60 %

Mettez 50% d’eau, d’hydrolat ou d’un mélange d’eau et d’hydrolat. Ajoutez 10% d’actif(s). Secouez. Fini

Phase finale

Ajoutez 6% de gélisucre dans le contenant huileux. Versez-y le contenant aqueux (versez le contenu aqueux dans le contenu huileux permet d’éviter les pertes en huile lors des versements). Rajoutez gouttes d’huile(s) essentielle(s) (entre 10 et 40 gouttes pour 100 ml). Mettez de l’extrait de pépins de pamplemousse (20 gouttes pour 100 ml). Vous pouvez y ajouter des arômes naturels si vous voulez donner un parfum particulier à vos cheveux en plus de les nourrir et de les hydrater. Secouez comme si votre vie en dépendait. Fini.

Il ne vous reste plus qu’à mettre le bouchon spray et à tester sur votre main pour voir si le lait à bien pris, et puis sur vos cheveux. Secouez le spray avant chaque utilisation. En ce qui me concerne, j’applique une à trois fois par jour et ça me suffit.

Voilà, je serais ravie que mes tuyaux s’avèrent être d’une quelconque utilité pour certaines d’entre vous.

++


AJOUT : Je viens finalement de prendre une photo pour faire genre que je me suis quand même impliquée dans cet article.

Lait capillaire.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s